Pourquoi est-il fondamental de faire recycler les huiles et graisses de fritures usagées ?

Tout d’abord parce qu’elles peuvent polluer notre environnement. En les jetant à l’égoût, les huiles et graisses de friture usagées peuvent engendrer des problèmes d’obturation des canalisations, de pollution des cours d’eaux et nappes phréatiques, ou des problèmes de maintenance des stations d’épuration. Il en va de même pour les huiles et graisses déposées dans les ordures ménagères. Ces dernières ne sont en effet pas adaptées à ce flux de déchets, sans parler des désagréments en termes de propreté publique. Ces comportements sont d'autant moins acceptables que des procédés de valorisation existent.

Trois procédés de valorisation co-existent pour les huiles et graisses de friture usagées collectées en Belgique et prises en considération dans le système Valorfrit:

  1. La production de biodiesel: le carburant qui peut être utilisé directement dans la voiture, résultant de l’épuration et de la transformation chimique.
  2. La valorisation énergétique: procédé qui consiste à utiliser le pouvoir calorifique des huiles et graisses de friture usagées en les brûlant et en récupérant cette énergie sous forme de chaleur ou d'électricité.
  3. L’oleochimie: le huiles et graisses épurées peuvent servir à la production de détergents et de lubrifiants, mais aussi à la production de bougies.

Etant donné que les prix des carburants sont actuellement fort élevés, la demande d’huiles et de graisses de friture usagées pour la production de biodiesel a littéralement explosée au cours des dernières années. Ce phénomène a, qui plus est, été amplifié par des dispositions légales dans certains pays européens (cfr. le double comptage) favorisant l’utilisation de biocarburants de 2ième génération (produits à base de déchets tels que les huiles et graisses de friture usagées) par rapport aux biocarburants de 1ière génération (produits à base de matières premières végétales telles que le blé, le maïs ou le colza).

Le biodiesel produit à base d’huile et de graisse de friture usagée offre donc un double avantage. Non seulement, mélangé à du diesel normal, il permet de faire rouler nos véhicules de manière plus écologique. Mais en plus, il ne monopolise pas d’espaces de culture et n’entre pas en compétition avec la production alimentaire et donc avec la disponibilité et le cours des aliments dans le monde.

Dans ce contexte, les huiles et graisses de friture usagées ont actuellement une valeur de revente positive. Cela signifie que les collecteurs affiliés à Valorfrit se feront un plaisir de venir chez vous collecter vos huiles et graisses de friture usagées et, en fonction de la distance parcourue et des quantités à collecter, sont susceptibles de vous rétribuer pour les quantités collectées.

Enfin, petit rappel, selon les législations régionales, fédérales et européennes en vigueur, les huiles et graisses de friture usagées ne peuvent en aucun cas revenir dans le circuit de l’alimentation animale.

Que faire avec les huiles et graisses de friture usagées ?

Tous les utilisateurs professionnels (non seulement les établissements horeca mais aussi les écoles, les institutions, et les associations) peuvent faire collecter sur place leurs huiles et graisses de friture usagées. Pour cela, il suffit de contacter un collecteur affiliés à Valorfrit. Celui-ci vous apportera des fûts qu’il viendra changer contre des fûts vides et propres quand ils seront remplis. C’est aussi simple que ça!

Vous fixerez avec votre  collecteur la fréquence de collecte idéale : un passage toutes les x semaines ou sur un appel de votre part. Attention, les huiles et graisses ne peuvent pas se conserver trop longtemps, car cela altère leur qualité pour le recyclage.

Ne jetez donc pas vos huiles et graisses de friture dans les conteneurs / les poubelles tout-venant, vous devrez payer plus pour la collecte d’un déchet recyclable à valeur positive !